Pourquoi Oppenheimer de Nolan n'a pas convaincu

Pourquoi Oppenheimer de Nolan n’a pas convaincu

On aurait dû s’en douter, pas vrai ? Dès que nous avons entendu parler du dernier film de Nolan sur la figure énigmatique de Oppenheimer, on s’est dit que ça allait détoner. Mais après l’avoir vu, on s’est plutôt demandé si on n’avait pas assisté à un feu de paille. Même si certains disent que les attentes étaient trop grandes et que la déception était prévisible, chez VMTV, on pense plutôt que Nolan a manqué le coche cette fois. Du coup, pourquoi ce film nous a laissé aussi froids que l’espace intersidéral d’Interstellar ? Allons explorer les raisons pour lesquelles le biopic sur Oppenheimer n’a pas explosé nos attentes. On y va ?

Le film fait-il pschitt par excès de dialogues ?

On est d’accord, le cinéma c’est pas que de l’explosion en veux-tu en voilà. Mais quand tu vas voir un film de Nolan, tu t’attends à un minimum de grand spectacle, non ? Eh bien avec le film sur Oppenheimer, on s’est retrouvés face à un mur de paroles. Plus précisément, on a eu droit à des dialogues infinis en lieu et place de l’action, un vrai marathon pour les zygomatiques. Et si toi aussi t’es du genre à t’endormir pendant les cours magistraux, tu comprendras notre douleur.

On ne te cache pas que ces échanges interminables nous ont un peu fait perdre le fil. Et ce n’est pas seulement notre avis de cinéphiles exigeants, hein ! Même des célébrités comme Logan Paul ont trouvé le film trop verbeux. Bon, sans vouloir l’endosser comme critique ciné de référence, on peut dire que quand un film n’arrive pas à capter l’attention d’un jeune influent prompt à l’excitation, c’est qu’y a probablement anguille sous roche. Alors, est-ce qu’une distribution prestigieuse sauve les meubles ?

Les performances d’acteur n’ont-elles pas sauvé l’atome coulé ?

Sur le papier, l’idée d’un film avec Cillian Murphy, Emily Blunt, et d’autres noms ronflants, ça fait envie. Et c’est vrai que ces acteurs, ils ont mis le paquet. Murphy a incarné Oppenheimer avec l’intensité qu’on lui connaît, Blunt a donné de l’épaisseur à son personnage… Mais ça ne fait pas tout. C’est un peu comme si tu mangeais un burger dont le pain est parfait, mais la viande pas assez cuite : ça reste en travers de la gorge, t’as vu ?

Il faut dire que la performance artistique doit servir un récit qui tient la route, et non le contraire. Si la structure même du film est perçue comme un petit voyage en montagnes russes par le cerveau du spectateur, les bons acteurs deviennent juste une belle déco sur un gâteau mal cuit. Pour le coup, Nolan semble avoir misé gros sur les gros noms, mais le résultat est resté plus discret que prévu-au niveau des effets waouh, s’entend.

Pourquoi Oppenheimer de Nolan n'a pas convaincu

Un récit plus diffus que les radiations d’une explosion nucléaire

Et là, on arrive à la partie qui fâche : le récit. Chez VMTV, faut voir nos têtes quand on se retrouve face à un scénario embrouillé ! Au lieu de nous servir une histoire mémorable sur l’inventeur de l’engin le plus dévastateur de l’histoire, Nolan a fait ses habituelles cabrioles temporelles. Le hic, c’est que là, ça n’a pas pris. Des allers-retours qui t’en donnent le tournis, ça peut devenir vite lassant.

Et ce n’est pas tout. Avec un sujet aussi complexe que la fabrication de la bombe atomique, une approche pédagogique aurait été bienvenue. Mais non ! C’était plongeon dans le grand bain, sans bouée. Si t’es pas calé sur la [mécanique quantique](https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9canique_quantique) ou les finesses de la guerre froide, tu te noies dans un océan de jargon. Et franchement, entre nous, qui aime se sentir largué dans une salle obscure ?

Et finalement, quel impact au box-office ?

On ne va pas te balancer le fameux « personnellement, je » parce que, tu le sais, chez VMTV on se mouille ! Parlons cash : malgré un sujet en or massif, Nolan n’a pas fait sauter la banque. Et pourtant, on parle du cinéaste qui nous a fait voyager dans les rêves avec Inception et dans les étoiles avec Interstellar. Cette fois, il semblerait que l’histoire de Oppenheimer ait été trop pesante, ou peut-être pas assez scintillante pour attirer les foules.

En guise de conclusion déguisée (oui, on triche un peu, mais on ne le dira pas trop fort), on s’attendait à une déflagration cinématographique, mais on a eu comme un pétard mouillé. Alors certes, il y aura toujours des fans pour défendre bec et ongles le génie nolanien, mais on ne peut pas ignorer la réalité : il est loin le temps où un Nolan était synonyme de succès garanti. Mais ne t’inquiète pas, on a quand même appris des trucs sur le rôle historique de l’arme nucléaire, et ça, c’est pas rien !

D’ailleurs, si tu veux vraiment en savoir plus sur la bombe A ou sur Oppenheimer lui-même, on te conseille de te plonger dans de bons bouquins de sciences ou d’histoire. Parce qu’au final, plus que le film, c’est l’histoire réelle qui nous fait frissonner, et ça, aucune déception cinématographique pourra nous l’enlever !

Retour en haut